Livres Blancs

Industrie 4.0, l’usine connectée
L’ensemble du secteur industriel est entré dans une phase de profonde mutation qui voit les technologies numériques s’intégrer au cœur des processus industriels. Cette quatrième révolution industrielle donne naissance à une nouvelle génération d’usine. Qu’on l’appelle « Cyber-usine », « Usine digitale », « Integrated Industry »,« Innovative Factory » ou « Industrie 4.0 », cette rupture technologique majeure offre un extraordinaire champ d’innovation, de progrès et de croissance. Caractérisée par la fusion du monde virtuel de l’internet délocalisé et du monde réel des installations industrielles, l’industrie 4.0 devient la référence incontournable pour la production industrielle. Le Gimélec, à travers ses adhérents, s’engage auprès de l’ensemble du secteur industriel français pour accompagner ce formidable mouvement d’innovation. Cette période de transition vers ce nouveau modèle industriel est cruciale pour relancer la dynamique économique. C’est dans ce but que nous avons créé ce document dans lequel vous trouverez de nombreuses explications sur les concepts liés à l’Industrie 4.0, sur les opportunités de marché qui en découlent, ainsi que de nombreux témoignages d’experts et de personnalités du secteur.
Voir plus
Industrie 4.0 : les leviers de la transformation
En 2013, le Gimélec publiait la brochure « Industrie 4.0 : L’usine connectée » pour sensibiliser les acteurs aux enjeux technologiques, économiques et culturels de cette 4ème révolution industrielle. Une dynamique est enclenchée pour mener à bien cette transformation, qui s’inscrit dans les priorités de la politique industrielle française, comme en témoigne le plan « Usine du Futur » de la Nouvelle France Industrielle. La numérisation est un axe majeur pour maintenir, voire renforcer, la compétitivité des industriels français. Encore faut-il s’appuyer sur un diagnostic précis de l’appareil productif. C’est pourquoi le Gimélec a réalisé, en partenariat avec la DGCIS (Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services) et le SYMOP (Syndicat des machines et technologies de production), une étude pour identifi er les leviers de la transformation. En s’appuyant sur ces résultats, les adhérents du Gimélec formulent des recommandations pour la modernisation de l’outil de production français. Ils ont le plaisir de vous les livrer dans ce second ouvrage.
Voir plus
La Révolution des données au cœur de l’industrie du futur
Dans les cinq ans qui viennent, le monde va connecter vingt fois plus d’équipements et de machines. Si à l’origine Internet permettait à des personnes d’échanger, demain ce sont les machines qui se parleront. Ces 40 milliards d’objets connectés, annoncés pour 2020, impliquent des fl ux de données en augmentation et donc un impact sur le trafi c, le stockage et bien entendu la consommation d’énergie. Demain, le monde sera plus électrique (la consommation électrique devrait augmenter deux fois plus vite que toutes les autres consommations d’énergie), plus digitalisé (avec des machines connectées, les mondes de l’énergie, de l’automation et des softwares convergeront avec le monde de l’information et des opérations), plus décentralisé (machines et centres de décision des usines seront à l’image des smart-grid qui gèrent des systèmes renouvelables distribués). Pour leur part, industrie et technologies ont avancé de concert, se préparant à répondre à ces ruptures. Je retiendrai quelques bouleversements : Le premier, c’est l’utilisation des mobiles et des technologies mobiles qui amène dans l’industrie une interface utilisateur riche dans la main de tous les opérateurs. La deuxième transition, c’est l’émergence du cloud sécurisé, avec comme conséquences de permettre l’agrégation de données et d’autoriser leur partage entre parties prenantes. Une transition qui implique des exigences accrues de sécurité pour garantir le bon fonctionnement des opérations de bout en bout. Enfin, troisième mutation, le développement de logiciels d’analyse qui permet d’augmenter les fonctionnalités et d’améliorer la performance. Des bouleversements adoptés par les clients, dans leurs décisions d’achat ou dans leurs retours d’expérience poussant les industriels, que nous sommes, à défi nir l’usage avant de penser au développement produit. Mais, n’oublions pas que l’industrie a toujours été pionnière que ce soit dans la connectivité, dans l’énergie, dans les softwares… Sans aucun doute, elle saura s’adapter à ce monde de la donnée lié à l’évolution numérique. Car n’oublions jamais que la finalité de ces transformations digitales est bien d’apporter une faculté décuplée d’adaptation instantanée aux besoins des clients, mais aussi une possibilité de rendre plus créatifs et compétitifs nos savoir-faire, et nos emplois.
Voir plus
Guide pédagogique Cybersécurité OT
Le Club Cyber-OT s’est donné comme ambition de fédérer les offreurs en cybersécurité OT en France. En effet, la cybersécurité est un maillon essentiel et stratégique des systèmes digitaux qui font aussi bien l’industrie, les villes et les bâtiments, et les adhérents du GIMELEC portent ces offres technologiques et électronumériques garantes de la compétitivité et de la sécurité de leurs utilisateurs. Le digital est constitué de deux univers interconnectés, mais aux enjeux différents. Le monde des systèmes d’information ou IT (pour Information Technologies), qui permet de digitaliser des processus et traite essentiellement de la donnée, est le plus connu de ces univers. Son pendant est le monde de l’informatique industrielle ou OT (pour Operating Technologies), il regroupe les systèmes digitaux qui pilotent des processus physiques, tels que les lignes d’assemblage dans les usines, les protections des réseaux électriques, le pilotage des réseaux d’eau, le contrôle des ventilations dans les bâtiments ou encore les feux rouges dans la ville. L’évolution du monde qui nous entoure se structure autour des fondamentaux que sont l’électrification et la digitalisation. Cette tendance de fond promet de gagner en productivité, mais est également un gage d’efficacité pour réduire l’empreinte carbone des activités humaines en gardant la capacité de produire et d’innover. Il est désormais impossible d’envisager la productivité sans digital, et son corollaire, le digital sans cybersécurité, y compris dans toutes les applications industrielles et urbaines ! Le Club Cyber OT se consacre aux positions et travaux permettant de faire progresser la cybersécurité industrielle (OT) en France et en Europe afin de sécuriser les technologies #electronumériques conçues, fabriquées et vendues en grande partie par les membres du GIMELEC. L’objectif est de permettre d’assurer la pérennité des apports du digital dans les économies modernes. Pour cela, renforcer la coopération entre clients et fournisseurs est un enjeu clé, comme le soulignait le rapport « Cybersécurité : avis de tempête » de l’Institut Montaigne. Afin de structurer cette coopération, les fournisseurs doivent se rassembler pour être représentés et collaborer avec les associations d’utilisateurs et les instances législatives et régulatoires. Les enjeux sont critiques, il s’agit en effet de mettre en lumière le domaine de la cybersécurité OT pour faire face aux menaces grandissantes dans un domaine resté relativement épargné jusqu’en 2018, mais qui voit les risques augmenter rapidement. Des efforts importants sont à faire pour organiser les entreprises et financer cette ambition, mais aussi pour préciser la façon dont la cybersécurité pourra, demain, se combiner avec pragmatisme et sans accros avec les exigences du monde industriel. Pour les offreurs de solutions cyber-OT, la plupart des grands enjeux de développement sont communs : de la prise en compte des exigences régulatoires et normatives aux efforts de pédagogie, en passant par la coordination événementielle. Chaque entreprise libère ainsi du temps pour développer individuellement sa propre différentiation.
Voir plus